Préambule

La scolarisation des jeunes sourds en milieu ordinaire connaît de réels progrès. Depuis la loi de 2005, les élèves sourds et malentendants peuvent suivre une scolarisation en fonction du mode de communication choisi par la famille (la langue des signes française (LSF), la langue française (orale ou la langue française parlée complétée), la langue française écrite, commune aux deux modes de communication. La langue des signes française (LSF) est reconnue comme une langue à part entière. Celle-ci est désormais proposée à l'école primaire depuis la rentrée 2008. Pour permettre ce parcours bilingue, un enseignement de la langue des signes française doit être assuré, notamment aux très jeunes sourds qui ne maîtrisent pas encore complètement cette langue. C'est pourquoi un programme de LSF pour l'école primaire est appliqué depuis la rentrée 2008 au collège et au lycée, depuis 2009. En outre, depuis 2008, une épreuve facultative de LSF est proposée au baccalauréat à tous les élèves, qu'ils soient sourds ou entendants.

En 2010, le diplôme de  professeur/e de LSF a été créé (CAPES, certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré).

170 000 personnes parlent la LSF.

 

Objectifs

  • Faire connaître la LSF, son utilité, même si on n’est ni sourd ni malentendant.

 

Fiche pédagogique

Pour accéder aux contenus des rubriques suivantes, cliquez sur chaque flèche.

Niveaux de classe

  • Lycée : 2de, 1re et terminale générale et technologique

Disciplines

  • Accompagnement personnalisé
  • Français et langues vivantes

Objectifs du parcours Avenir

Objectif 1 : Permettre à l’élève de découvrir le monde économique et professionnel

  • L'utilisation de la LSF dans un métier professionnel 

 

Déroulement des activités

 

Activité 1 : Quiz sur la connaissance de la Langue des signes française

Modalité : salle informatique avec accès Internet et solution de vidéo-projection. Le " Quiz : connaissance de la LSF " est accessible en ligne. Pour chaque question, trois réponses sont proposées. L’élève choisit une réponse et clique sur « valider » pour obtenir la réponse.

Une version Word vous est également proposée (rubrique « Supports de travail » ainsi que le corrigé du quiz dans « Outils et corrections ».

 

Activité 2 : Exploiter le clip métier interprète en langue des signes française

Modalité : salle informatique avec accès internet et solution de vidéo-projection. Les élèves doivent disposer d’un ordinateur avec un casque son, d’une feuille et d’un stylo, ou d’un ordinateur, pour prendre des notes. Temps de l’activité : 1h.

Cette séquence s’appuie sur un clip métier pour faire découvrir l’activité d’une interprète en langue des signes française, ses conditions de travail et les qualités requises.Visionnez le film avec vos élèves (accessible en ligne ""Sur le web"). La langue des signes française est une langue vivante, possédant sa grammaire, sa syntaxe et ses influences culturelles. C'est une langue visio-gestuelle utilisée par les personnes sourdes pour communiquer.

 Voici quelques questions que vous pouvez poser à vos élèves :

Temps 1 - Découpage du film

  • Quel est le métier de Claire ? En quoi consiste-t-il ?
  • Quelles sont les qualités qu'il faut avoir pour être interprète ?
  • Quelles sont les contraintes du métier ?
  • Qu’aime le plus Claire dans son métier ?
  • Quels sont ses projets d’avenir ?

Temps 2 - Propositions pédagogiques

Analyse et décryptage du clip

Il s’agit de s’assurer que les élèves ont bien compris les informations données dans le film et de les guider dans leur visionnage suivant différents angles successifs. Pendant cette phase, les élèves doivent être en mesure de visionner le clip autant de fois que nécessaire. Le travail pourra porter sur:

  • Les activités d’un interprète en langue des signes française
  • Le vocabulaire spécifique employé
  • Le lieu de son activité.

Temps 3 - Ouverture sur le métier

À l’aide de la documentation présente au centre de documentation et d’information (CDI), d’internet (ressources "Sur le web"), les élèves établissent un dossier sur les métiers d’interprète en langue des signes française en répondant aux points suivants :

  • La formation requise pour exercer ce métier
  • La durée des études
  • La carrière et les possibilités d’évolution
  • Le salaire et l’offre sur le marché du travail.

Ils pourront notamment visionner l'interview sur les formations de la filière Lettres-langues-philosophie dans l'enseignement supérieur.  Stéphanie Gobet-Jacob, responsable de la licence LSF à l'université de Poitiers ("Sur le web")

 

Activité 3 : La connaissance de la LSF, un plus dans son métier

Brainstorming : demandez à vos élèves de citer un exemple où la connaissance de la LSF serait un plus métier ? Un exemple de la vie quotidienne où vous pourriez utiliser avantageusement la LSF en tant que personne valide ?

Vous pourrez leur proposer au préalable de consulter les ressources disponibles ("Sur le Web") ainsi que le Zoom "Les métiers au service du handicap" (dans "Supports de travail").

 Un plus pour son CV : n’oublions pas que la surdité est le handicap le plus répandu en France !

Une compétence supplémentaire pour les métiers. Un médecin qui parle la LSF par exemple. Dans le secteur du tourisme, pratiquer la LSF est un plus pour l’accueil des touristes.

Des professionnels en contact avec des déficients auditifs pratiquent la LSF, comme les enseignants, orthophonistes, travailleurs sociaux et bien sûr les interprètes spécialisés. La LSF peut également être utile aux deux millions de devenus-sourds français, aux travailleurs dans l’industrie bruyante,  et dans tout autre contexte où la communication verbale n’est pas possible.

Faire apparaître le nombre de lycées qui proposent la langue des signes : ils peuvent chercher ces informations sur le site surdi info ("Sur le web") avec les critères de recherche : 12-20 ans - Adolescent / Unité d'enseignement

Faire connaitre le métier (interprète LSF) mais aussi l’intérêt de maitriser la LSF dans tous les métiers, par ex. une profession libérale qui pourra recevoir ses clients en LSF.

 

 

OUTILS ET CORRECTIONS