Mon enfant est en situation de handicap, quelles solutions de scolarisation sont possibles au collège ou au lycée ?

Selon le handicap de votre enfant, plusieurs solutions de scolarisation peuvent être envisagées afin que votre enfant puisse suivre sa scolarité dans les meilleures conditions possibles

  • en classe avec les autres élèves en bénéficiant éventuellement d'aménagements pédagogiques, d'aides spécifiques, prévus dans le PPS, ou avec l’appui d'une ULIS s'il a besoin d'une organisation pédagogique adaptée ;
  • dans un établissement médico-social adapté à son handicap s'il n'est pas suffisamment autonome ;
  • à distance via le CNED.

Ces décisions d'orientation sont prises par la commission départementale des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH).

Mon enfant est en situation de handicap, à quels interlocuteurs s’adresser au collège et au lycée ?

L'enseignant référent sera votre interlocuteur privilégié, il fera le lien entre vous, l'ensemble des professionnels qui gravitent autour de votre enfant, et la MDHP  tout au long de son parcours scolaire. Votre enfant peut bénéficier au lycée d'aides humaines, d'aides matérielles (ordinateur avec synthèse vocale...), de séances de rééducation effectuées sur place, d'aménagements pédagogiques pendant l'année scolaire et pour les examens. Il peut également être dispensé de certains cours ou recevoir des enseignements adaptés, par exemple en EPS (éducation physique et sportive). 

Ces aides sont définies dans un PPS   qui est adapté aux besoins de votre enfant. Vous serez accompagné par un enseignant référent qui fera le lien entre vous, le lycée et la MDHP.  

À lire aussi sur onisep.fr :

Existe-t-il des aménagements et des aides matérielles ou humaines pour les élèves en situation de handicap au collège ?

Oui, des aménagements et des aides sont prévus: aide humaine en classe et pendant les interclasses et les repas, aménagement des études et des examens, recours à un matériel pédagogique adapté, accompagnement thérapeutique ou rééducatif...

Tous ces aménagements sont définis dans le cadre d'un  PPS, élaboré en lien avec la MDPH (maison départementale des personnes handicapées).

Par ailleurs, après avis du médecin désigné par la MDPH et après décision du recteur, les élèves peuvent bénéficier d’aménagements d’examens.

En cas de difficultés, vous pouvez contacter le numéro vert Aide Handicap École : 0810 55 55 00

À lire aussi sur onisep.fr :

Quelle est la différence entre un PAI, un PAP et un PPS ?

En fonction du trouble dont souffre l’élève et de ses répercussions sur sa scolarité, un PPS ou un PAI sera mis en œuvre, sur avis médical.

Établi pour prendre en compte dans le cadre scolaire ordinaire une problématique médicale, le PAI permet d’assurer l’accueil des élèves atteints de maladies évoluant sur une longue période (maladies chroniques), et de troubles des apprentissages.

Le PPS est destiné aux élèves bénéficiant d’une reconnaissance de handicap. Il précise tous les besoins : transport adapté, aide humaine, matériel pédagogique adapté, tiers temps… Il indique aussi le mode de scolarisation de l’élève (ULIS, établissement médico-social...), son emploi du temps, par exemple à quel moment il est pris en charge par un thérapeute, ou quand un partenaire de soins vient dans l’école.

Un nouveau dispositif, le plan d’accompagnement personnalisé (PAP), vient d’être créé à l’intention des élèves présentant des troubles des apprentissages (dyslexie, dysphasie, dyspraxie…). Il vise à leur apporter les aménagements pédagogiques spécifiques dont ils ont besoin pour le bon déroulement de leur scolarité.

Quelles solutions de scolarisation sont possibles au lycée ?

Votre enfant peut être scolarisé en lycée ordinaire tout en bénéficiant d'un accompagnement humain, d'une aide technique et d'un aménagement des conditions pour passer les contrôles.

Il peut également être accueilli dans une ULIS de lycée. Une ULIS regroupe au maximum une dizaine d'élèves présentant le même handicap ou les mêmes troubles. Il peut aussi être scolarisé dans un EREA ou dans un EMS qui dispense un enseignement de niveau lycée.

À lire aussi sur onisep.fr :

Ressources utiles sur le web :

 

Quels sont nos interlocuteurs au lycée ?

Vos interlocuteurs sont le proviseur, le médecin scolaire, l'infirmier et des professionnels spécifiques. L'enseignant référent pour la scolarisation des élèves handicapés informe et accompagne les familles. L'élève peut avoir l'aide d'un aide auxiliaire pour ses activités scolaires et périscolaires. S'il est scolarisé dans un dispositif collectif comme une ULIS, l'élève est encadré par le coordonnateur d'ULIS, chargé d'organiser son travail et d'adapter les enseignements à sa situation de handicap.

Quelles sont les missions des professeurs référents en établissements scolaires ?

Il a trois principales missions : tout d’abord des actions de formations vers le personnel de l’éducation nationale AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap) et aides humaines, un autre axe de travail concerne les visites sur le terrain en établissement pour mutualiser des pratiques, faire remonter de initiatives positives à faire connaître et à partager, ou encore pour épauler les équipes éducatives lors de l’accueil d’un élève et répondre au mieux à ses besoins.

Enfin, les professeurs référents participent à des réunions ou groupes de travail relatifs aux politiques éducatives concernant l’autisme, réfléchissent aux solutions ou programmes individualisé qui peuvent être proposées. Il s’agit aussi de dédramatiser le handicap auprès des équipes et des élèves.

Voir la vidéo :  interview de Laetiitia Sauvage, professeur ressources handicap

 

Mon enfant apprenti est handicapé, quelles aides et aménagements peuvent lui être proposés en apprentissage ?

Le contrat d'apprentissage est un véritable contrat de travail et nécessite la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) attribuée par la CDAPH . Si votre enfant est reconnu travailleur handicapé, il a droit à des aides et aménagements (emploi du temps...), accordés au cas par cas.

Dans le cadre du contrat d'apprentissage aménagé, il bénéficie de mesures spécifiques :

  • Prolongation possible d'un an de son contrat d'apprentissage
  • Pas de limite d'âge supérieure pour la signature

Possibilité de suivre les cours théoriques à distance ou dans un CFAS.

  • Si tous les apprentis handicapés peuvent suivre leur formation dans des CFA du milieu ordinaire, il leur est aussi possible de bénéficier d'un soutien spécifique dispensé par des dispositifs et services d'accompagnement régional des apprentis handicapés ou des CFAS. Si l'apprenti ne peut fréquenter le CFA du fait de son handicap, il peut suivre un enseignement à distance (sur autorisation du recteur).

L'AGEFIPH (association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées) peut lui accorder une subvention (si le contrat dépasse 6 mois).

À lire aussi sur onisep.fr :

Ressources utiles sur le web :

Sur le site agefiph (aide au contrat d'apprentissage)

Comment trouver un employeur pour suivre une formation en apprentissage lorsqu’on est handicapé moteur ?

L’organisme Cap Emploi, service spécifique de recherche d’emploi pour les personnes handicapées, peut vous communiquer les coordonnées d’entreprises ou d’organismes publics susceptibles d’être intéressés par le recrutement de travailleurs handicapés. Vous pouvez également consulter les sites internet de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFIPH) et des associations Arpejeh et Tremplin. Pour bénéficier d’aides financières en lien avec votre handicap, il vous tout d’abord la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) auprès de de la MDPH.

Lors de votre candidature, vous pouvez mentionner  sur votre CV votre handicap et votre qualité de travailleur handicapé, et évoquer dans votre lettre de motivation les avantages (exonérations et aides) dont un employeur peut bénéficier en établissant un contrat d’apprentissage avec une personne en situation de handicap.

Toute entreprise privée de plus de 20 salariés est tenue d'employer des travailleurs handicapés dans une proportion d’au moins 6% de son effectif. L’accueil de jeunes en situation de handicap qui suivent une formation ne apprentissage ou en contrat de professionnalisation dans une entreprise est une modalité de mise en œuvre de cette obligation.

En règle générale, l’employeur peut bénéficier d’aides et d’exonérations dans le cadre de la conclusion d’un contrat d’apprentissage. De plus, lorsque le contrat est signé avec un apprenti en situation de handicap, il peut également percevoir des aides financières spécifiques dispensées par l’AGEPFIPH ou par le fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP).

Au moment de la signature du contrat d’apprentissage, vous devrez passer une visite médicale auprès d’un médecin agréé ; nous vous invitons donc à parler de votre projet dès maintenant à votre médecin spécialiste.

Comment est organisé l’accueil des étudiants handicapés à l’université ?

Toutes les universités possèdent une structure dédiée à l’accueil des étudiants handicapés. Pour en savoir plus, consultez le site

La structure d’accueil des étudiants handicapés est un lieu ressource qui donne des informations sur l’accessibilité architecturale des locaux universitaires, les équipements pédagogiques adaptés mis à disposition, les démarches à effectuer pour obtenir des aides humaines, les mesures spécifiques d’aménagement des examens, les coordonnées des associations d’étudiants handicapés. Il est possible à un lycéen handicapé de rencontrer les responsables du service d’accueil dès l’année de terminale pour mieux préparer son arrivée en 1re année. Le personnel du service d’accueil peut jouer aussi un rôle intermédiaire entre l’étudiant handicapé et les enseignants pour les sensibiliser à ses besoins spécifiques.

Les services d’accueil aident les étudiants à élaborer leur projet professionnel, en lien avec les services d’information et d’orientation et le bureau d’aide à l’insertion professionnelle (BAIP). Ils s’appuient sur tous les réseaux d’aide à l’insertion propres aux demandeurs d’emploi handicapés.

Lorsque vous aurez déterminé dans quelles universités vous souhaitez postuler, vous pourrez prendre contact et visiter les structures d’accueil des étudiants handicapés des établissements avant la rentrée.

Que faire lorsqu’on ne peut pas se déplacer à l’université pour suivre les cours ?

On peut dans ce cas suivre des cours à distance, plusieurs solutions :

Le centre national d’enseignement à distance (CNED), organisme public sous tutelle du ministère de l’Éducation nationale, propose une grande variété de cursus d’enseignement supérieur (BTS, licence, master), une préparation à l’entrée aux grandes écoles ou aux concours de la fonction publique.

Le téléenseignement universitaire. Un grand nombre d’universités offrent la possibilité de suivre leurs enseignements à distance grâce aux centres de téléenseignement universitaires et aux campus numériques.   

De plus, un service national géré par l’université Paris-Ouest Nanterre-La Défense, assure l’envoi, aux "étudiants empêchés", d’ouvrages ou de fichiers audio en lettres, sciences humaines et sociales, droit et économie.

 

Un élève ayant des difficultés pour écrire du fait de son handicap pourra t-il bénéficier d'aménagements des épreuves écrites au bac ?

Tous les baccalauréats sont composés d’épreuves écrites, orales et parfois pratiques. Pour respecter l’égalité entre les candidats, les élèves handicapés qui ne peuvent pas écrire ont la possibilité de bénéficier de l’assistance d’un secrétaire qui écrit sous leur dictée, ou d’utiliser du matériel technique ou informatique. Ils ont également droit à une majoration de leur temps d’examen d’un tiers avec un temps de repos suffisant entre les épreuves.

Il faut adresser la demande d’aménagements avec  tous les éléments médicaux, au médecin désigné par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Si vous êtes scolarisé, la demande est transmise par l’intermédiaire du médecin scolaire. Il est souhaitable d’adresser un double de la demande, sans les informations médicales, au service administratif organisateur de l’examen au moins deux mois avant la date de la première épreuve

Comment demander un aménagement d’épreuves ?

Les candidats sollicitant un aménagement de leurs conditions d'examen doivent adresser leur demande à l'un des médecins désignés par la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH).  La demande doit être formulée au plus tard à la date limite d'inscription à l'examen concerné.

 

Quels sont les aménagements, adaptations et dispenses possibles pour l’examen du diplôme national du brevet (DNB) ?

Pour garantir l'égalité des chances entre les candidats, les élèves handicapés peuvent bénéficier d'aménagements des conditions de passation des examens. Ils peuvent par exemple bénéficier d’aides humaines (l'assistance d'un(e) secrétaire pourra être accordée, qui écrira sous la dictée du candidat, pour ceux qui ne peuvent pas écrire à la main ou qui ne peuvent pas s'exprimer par écrit d'une manière autonome). Ils peuvent aussi bénéficier d’un temps majoré pour les épreuves ou des temps de pauses entre ou pendant celles-ci, conserver pendant cinq ans les notes obtenues, l'étalement sur plusieurs sessions consécutives du passage des épreuves ou encore des adaptations ou dispenses d’épreuves.

Dispositions communes pour tout type de handicap

Comment faire reconnaître son handicap ?

La RQTH obtenue sur décision de la CDAPH permet de bénéficier des aménagements nécessaires pour les salariés en emploi et lors des périodes de formation : adaptation du poste de travail, aides humaines, aide à la communication, transports... Les jeunes en situation de handicap disposant d’une convention de stage et bénéficiant de la PCH (prestation de compensation du handicap), de l’ACTP (allocation compensatrice pour tierce personne) ou de l’AEEH (allocation d’éducation de l’enfant handicapé) est reconnu handicapé, mais seulement pendant la durée du stage.

Entrer dans la vie active 

Se poser tôt la question de son avenir professionnel, s'interroger sur ses envies et ses possibilités, aide l'élève valide ou handicapé à préparer son entrée dans la vie professionnelle.  Pour ce dernier il est nécessaire de prendre en compte à chaque étape les conditions pratiques d'adaptation de poste ou d'environnement de travail. Toutes questions qui peuvent être prises en charge par les réseaux et dispositifs handicap.

Comment devenir professeur en étant non voyant (pour un étudiant déjà engagé en master) ?

Avant de vous engager dans ce secteur, réfléchissez et informez-vous sur les contraintes matérielles des différents métiers de l’enseignement et la possibilité de les exercer malgré votre handicap. La maison départementale des personnes handicapées (MDHP) et le correspondant handicap de chaque rectorat pourront vous assister dans cette réflexion.

Pour les personnes bénéficiant de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, il existe deux types de recrutement (vous pouvez participer en même temps aux deux types de recrutement pour augmenter vos chances).

  • Le recrutement par concours

Pour garantir le principe de l’égalité entre les candidats, des aménagements d’épreuves peuvent être proposés aux candidats handicapés. Vous pouvez demander ces ménagements au moment de l’inscription au concours.

  • Le recrutement par contrat

Vous êtes recruté pour un contrat de 1 an et vous suivez la même formation que les candidats admis au concours. A la fin du contrat, votre aptitude professionnelle est appréciée par un jury spécifique lors d’un entretien.

Pour votre première affectation, vous serez titularisé dans l’académie (personnel 2d degré) ou le département (professeur des écoles) dans lequel vous aurez été recruté.