Les métiers
du numérique

Menu

J'aime l'histoire-géographie

Découvrez un ou plusieurs métiers liés à l’histoire-géographie et au numérique. Attention, il s’agit d’exemples, la liste proposée n’est pas exhaustive.
Souvenez-vous : le meilleur moyen de choisir un métier part de vous, de vos recherches et de vos modes de communication lors des salons, avec vos professeurs, Psy-EN, conseillers et parents.
Pour commencer, interrogez-vous : en quoi les savoirs, savoir-faire et la pensée réflexive liés à l’histoire-géographie seront utiles à l’exercice des métiers proposés ? De quelle manière les outils et compétences numériques interviennent-ils dans ces métiers ?

Métiers associés

  

Archiviste

Manuscrit du Moyen Âge, vidéo d'une émission de télé, acte notarié attestant de l'achat d'une maison... l'archiviste est le gardien de la mémoire. Finies les montagnes de papiers poussiéreux : aujourd'hui, les techniques d'archivage et les supports (microfilms, répertoires numériques, bases de données informatisées) ont évolué et permettent à l'archiviste de gagner de la place et du temps.

  

Cartographe

Le ou la cartographe donne une représentation visuelle d'un territoire (carte politique, démographique, marine, routière, géologique...). Il ou elle doit maîtriser les SIG (systèmes d'information géographique) qui permettent, par exemple, à une commune de visualiser son parc immobilier, de gérer ses permis de construire (…). Le ou la cartographe est un grand utilisateur d’outils numériques de simulation ou de 3D. De plus, les données numériques et satellitaires font de l'informatique et de l'informaticien de nouveaux partenaires-clefs de ce professionnel.

  

Urbaniste

L'urbaniste dessine et organise la ville pour offrir aux habitants un cadre de vie agréable et fonctionnel (Infrastructures, espaces verts ou des axes de transport…). Avec le numérique, le concept de la ville intelligente ou smart city est devenu incontournable. Les urbanistes ont maintenant accès à de nouvelles quantités de données produites, traitées et distribuées, qui bouleversent les enjeux et les méthodes des usages. Par exemple, cela permet de mieux informer et associer des acteurs, professionnels ou citoyens, qui ne l’étaient pas avant, voire de les intégrer à la décision par l’intermédiaire des technologies "civiques".