Les métiers
du numérique

Menu

J'aime la physique - chimie

Découvrez un ou plusieurs métiers liés à la physique-chimie et au numérique. Attention, il s’agit d’exemples, la liste proposée n’est pas exhaustive.
Souvenez-vous : le meilleur moyen de choisir un métier part de vous, de vos recherches et de vos modes de communication lors des salons, avec vos professeurs, Psy-EN, conseillers et parents.
Pour commencer, interrogez-vous : en quoi les savoirs, savoir-faire et la pensée réflexive liés à la physique-chimie seront utiles à l’exercice des métiers proposés ? De quelle manière les outils et compétences numériques interviennent-ils dans ces métiers ?

Métiers associés

Architecte DevOps et Cloud

Ce métier est très récent. Il s’agit de “bâtir” des ponts entre les développeurs et les spécialistes des infrastructures et réseaux. Un bouton conçu par les premiers qui va vous permettre de passer le générique d’une série ? Plus compliqué qu’il n’y paraît. Il peut faire en sorte que tout puisse être testé en quelques minutes au lieu de quelques heures ou quelques jours parfois. Il invente des solutions qui n’existaient pas hier, il utilise des technologies pour automatiser, simplifier le travail de ses collègues.

 

Ingénieur ou ingénieure systèmes embarqués

Ce métier mêle électronique et informatique. Il s’agit de concevoir, de programmer, d’installer et de tester des systèmes autonomes. Ceux-ci vont être intégrés (« embarqués ») à d’autres équipements.

 

Météorologiste

Spécialiste des phénomènes atmosphériques, le ou la météorologiste étudie et analyse les causes et les effets des changements climatiques. Il s’agit d’établir des prévisions et d’anticiper les risques de catastrophe naturelle (avalanche, séisme, inondation...). Le numérique, les logiciels et les capacités de calculs ont eu un impact important sur la météorologie. La prévision numérique du temps (PNT) s’est notamment développée. Elle s’appuie sur des équations mathématiques qui sont choisies de manière à reproduire avec fidélité le comportement de l'atmosphère réelle. Grâce à un ordinateur, ces équations sont ensuite résolues, ce qui permet d’obtenir une simulation accélérée des états futurs de l'atmosphère. C’est ainsi qu’on peut prédire et prévenir des événements météos dangereux.

 

Pilote de ligne automatisée

Également appelé pilote de systèmes de production automatisée dans d’autres domaines d’application. Sur la ligne de fabrication, les matières premières se séparent ou s’assemblent, les biscuits, les comprimés ou autres objets fabriqués sont rangés puis conditionnés. Le ou la pilote de ligne automatisée contrôle les différentes étapes du processus, notamment grâce à des outils numériques. Entrer des données (quantités, cadences, température, débit, pression…) dans le programme informatique qui gère le système, selon les consignes reçues, peut être l’une de ses missions. Pilotage et contrôle s’appuient en particulier sur le recueil et le traitement de données réalisés par le numérique. Disposer de connaissances en informatique et automatique permet de bien interpréter les informations transmises par les équipements de contrôle comme les commandes numériques.

 

Technicien ou technicienne, ingénieur ou ingénieure métrologie

Le service métrologie d’une entreprise ressemble parfois à un laboratoire d’essais : salle blanche, température constante… et des instruments très perfectionnés équipés de logiciels et de systèmes de traitement de données (des outils numériques !) qu’il faut apprendre à programmer et à exploiter au maximum. Ils permettent de mesurer et de contrôler les dimensions comme l’aspect de pièces : quand on produit un véhicule ou une prothèse par exemple, il en va de la sécurité et de la santé des futurs utilisateurs ! Les techniciens en métrologie mettent en place des méthodes et stratégies de mesure, établissent des rapports : il faut démontrer le sérieux de ses résultats. Avec l’usine du futur, le ou la métrologue peut aussi collaborer à des projets d’équipe pour faire en sorte que les machines elles-mêmes soient équipées, de capteurs intelligents par exemple, et puissent s’autocorriger en cours de production : un gain de temps et de matière première, parfois rare et précieuse.